Gabriel Soucheyre

About Dear Cell

French translation below

Born from a chance meeting between the artist and two immunologists [1] in 2008, discussions about their research which later inspired Regina Hübner’s interdisciplinary project Perception of Self and Nonself in Life, the idea began to take shape during a fellowship residency[2] in a scientific context of excellence, at IMéRA[3] in Marseille in 2019. Dear Cell was partially presented in the same scientific context where it was born, then in a colloquium organized at the Frac Région Sud in Marseille, in Tel Aviv at the Mandel Center and at the National Museum inVilnius (Lithuania). It was to have its first public presentation during Manifesta XIII[4], at the University of Aix-Marseille, but the Covid pandemic decided otherwise. Dear Cell has not known its plastic form, its "ambiantation" as practiced by the artist, i.e. a specific set-up in a dedicated space, a conjugation between the work and the space, its history, which allows visitors a  particular opportunity to comprehend the piece. The future - so uncertain to this day - will tell whether it will be presented in the Chapelle de l’Oratoire chapel, the core venue of VIDEOFORMES, in March 2021.

 

Dear Cell  should look like this.

 

Upon entering the chapel, the visitors are confronted with a dark wall on which two LCD screens are fixed, vertically. On the screens are handwritten texts (Dear Cell, letters). One understands that these are epistolary exchanges between a scientific researcher and the very object of his/her research, and one can already understand the title Dear Cell, 17 researchers, 17 cells, bacteria, proteins, neurons, viruses, etc...

 

Visitors will walk around this wall and enter the chapel: a space emptied of all its past decorum except its form, a long parallelepiped that closes at the end by a three-sided wall. Beneath the 10-meter high ceiling, the decrepit walls bear traces of the various recent uses that this place has undergone since its desacralization, including some acrobatic figures whose paintings are gradually fading away, which testify to a vocation as a gym, and some interventions by artists who have worked in this experimental gallery over the last thirty years, which also disappear, slowly melting into the body of the building. Nevertheless, the Chapel still possesses that special dimension which transcends the works it hosts and inspires visitors, which will not fail to be revealed here, a place once dedicated to prayer and meditation.

 

Visitors will not see this décor at first glance, they will probably be aware of it. On the other hand, they will immediately perceive immense eyes, placed at the back of the space, which seem to be staring at them (Dear Cell, eyes). One can imagine that they will move forward and then they will discover that these eyes are not directed towards them but towards very colorful objects, of unknown shapes that move - for the most part - on a screen placed in the center of the space, images of cells taken with ultra-powerful digital microscopes (Dear Cell, cells).

 

Turning around, visitors thus discover the object of attention of these gigantic eyes. They will also perceive, further on, on the back of the black wall of the entrance, a white screen on which scroll the transcribed texts of the letters presented at the entrance (Dear Cell, transcriptions), letters written by the scientists addressing their object and then imagining a potential answer.

 

The art work is silent, the space echoes the footsteps of visitors, their possible, often whispered, exchanges...

 

It seems obvious that the object of this art work is the specific relationship, imagined in part, between scientific researchers and the object of their research, the cell to which they often devote a whole life.

 

Regina Hübner's Dear Cell acts also as a devotion, it takes us to a sensitive area, not that of the particular context related to the Coronavirus pandemic, but that of the often misunderstood or fantasized world of science.

 

There is this very particular tension that one feels (I speak here by imagination) between these three so gigantic eyes and the magnified object of their solicitude that one can easily understand. There is also this unsuspected affective dimension between two entities which binds them for a whole life.

 

It's an admirable achievement to have been able to convince all the Dear Cell Protagonists to indulge in a very intimate way in a game - a fantasy - that most of us don't expect. We must read each exchange between researcher and cell, each one written by the researcher himself (his/her and the cell’s), to discover a world very far away from what we imagine, a world whose basically human, sensitive dimension touches the witness that we are.

 

As always, each person will interpret, understand, feel according to his/her sensitivity, his/her experience, his/her mood, certainly impacted by a particular context. For my part, I am thinking of Dziga Vertov's Kinoks-Revolution, his camera eye that (re) constructs the world, dreveals it to his contemporaries as these researchers enlighten us on their unsuspected worlds and also and especially in the orchestration of the images arranged in their space of monstration by the artist.

 

We cannot forget that we are entering an ancient place of worship, and this element influences both the artist's writing - the "ambientation", the setting of the elements in space, a form - and the visitor's reading. The imagination of both reconstructs an unconscious and cultural course. After the first writings, one is sucked into a space dominated by an all-powerful gaze, three eyes! After the dazzle, the astonishment, we will "reread" all the elements and above all connect them to finally grasp what this work is, an altar dedicated to an often little-known quest, and its meaning, the revelation of an invisible world and the issues that animate it. Like all the artists who preceded her in the search for a visual language more synthetic than linear, more symbolic than explicit, Regina Hübner excels at finding the right form, the one that induces more than it formulates.

 

With Dear Cell, Regina Hübner also demonstrates that scientific research, like artistic research, does not oppose rigor to imagination or randomness. History has proved it, Regina Hübner says it with her own rigorous and delicious poetic visual language.

 

Gabriel Soucheyre, December 27, 2020.

 

Dear Cell, Regina Hübner 2019/2021

Dear Cell (letters)

Dear Cell (transcriptions)

Dear Cell (cells)

Dear Cell (eyes)

 



[1]   Philippe Pierre:  Research Director, Group Leader and Director CIML Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy ; Evelina Gatti: Research Director, CIML Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy.

[2]   Fellowship in 2019 at the IMéRA Institute for Advanced Study of Aix-Marseille University (MéRA Institute for Advanced Study of Aix-Marseille University). Dear Cell is part of the interdisciplinary project Perception of Self and Nonself in Life, developed in 2019 at the IMéRA Institute for Advanced Study of Aix-Marseille University, in collaboration with the Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy (CIML).

[3]IMIMéRA Institute for Advanced Study of Aix-Marseille University, in collaboration with the Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy (CIML). 

[4]IMéMANIFESTA 13 MARSEILLE The European nomadic Biennial / La Biennale Européenne de Création Contemporaine. 28.08 — 29.11.2020.

 

Gabriel Soucheyre

A propos de Dear Cell

Née du hasard d’une rencontre entre l’artiste et deux immunologistes[1] en 2008, de discussions autour de leurs recherches qui ont ensuite inspiré le projet interdisciplinaire de Regina Hübner Perception of Self and Nonself in Life (Perception de soi et du non-soi dans la vie), l'idée a commencé à prendre forme au cours d'une résidence de recherche[2] dans un contexte scientifique d'excellence à l’IMéRA[3] de Marseille en 2019. Dear Cell a été présentée partiellement dans ce même contexte scientifique où elle a germé, puis dans un colloque organisé au Frac Région Sud à Marseille, à Tel Aviv au Centre Mandel et au Musée National de Vilnius (Lithuanie). Elle devait connaître sa première présentation publique lors de Manifesta XIII[4], au sein de l’Université d’Aix-Marseille mais les évènements sanitaires en ont décidé autrement. Dear Cell n’a pas connu sa forme plastique, son « ambiantation » comme le pratique l’artiste, c’est-à-dire un déploiement spécifique dans un espace dédié, une conjugaison entre l’œuvre et l’espace, son histoire, qui donne un sens et une offre de lecture particuliers. L’avenir - si incertain à ce jour – dira si elle sera présentée à la chapelle de l’Oratoire, lieu identitaire de VIDEOFORMES, en mars 2021.

 

Dear Cell devrait donner à voir ceci.

 

Dès l’entrée dans la chapelle, le visiteur est confronté à un mur sombre sur lequel deux écrans LCD sont fixés verticalement. Sur les écrans, des textes manuscrits (Dear Cell, letters). On comprendra qu’il s’agit d’échanges épistolaires entre un chercheur scientifique et l’objet même de sa recherche, et l’on comprends déjà le titre Dear Cell, 17 chercheurs, 17 cellules, bactéries, protéines, neurones, virus, etc...

 

Le visiteur contourne ce mur et pénètre dans la chapelle : un espace vidé de tout son passé hormis sa forme, un long parallélépipède qui se referme au bout par un mur à trois pans. Sous le plafond haut de 10 m., les murs décrépis portent des traces des différents usages récents qu’a connu ce lieu depuis sa désacralisation, notamment quelques figures acrobatiques dont la peinture s’éteint peu à peu qui témoignent d’une vocation de salle de gymnastique et quelques interventions d’artistes qui ont œuvré dans cette galerie expérimentale ces trente dernières années et qui elles aussi disparaissent, se fondent lentement dans le corps de l’édifice. Néanmoins, la Chapelle possède toujours cette dimension particulière qui transcende l'œuvre qu'elle accueille et inspire les visiteurs, ce qui ne manquera pas d'être révélé ici, un lieu autrefois dédié à la prière et à la méditation. Néanmoins, la Chapelle possède toujours cette dimension particulière qui transcende les œuvres qu'elle accueille et inspire les visiteurs, ce qui ne manquera pas d'être révélé ici, un lieu autrefois dédié à la prière et à la méditation.

 

Le visiteur ne verra pas ce décor de prime abord, peut-être en aura-t-il conscience. Par contre, il percevra immédiatement, posés sur le fond de l’espace, des yeux immenses, qui le fixent en apparence (Dear Cell, eyes).

 

On peut imaginer qu’il s’avancera et alors il découvrira que ces regards ne sont pas dirigés vers lui mais vers des objets très colorés, de formes inconnues qui se meuvent — pour la plupart — sur un écran disposé au centre de l’espace, des images de cellules capturées avec des microscopes numériques ultra-puissants (Dear Cell, cells).

 

En se retournant, le visiteur découvre donc l’objet de l’attention de ces yeux gigantesques. Il percevra aussi, plus loin, sur le verso du mur noir de l’entrée, un écran blanc sur lequel défilent les textes transcrits des lettres présentées à l’entrée (Dear Cell, transcriptions).

 

L’œuvre est silencieuse, l’espace peuplé des bruits de pas des visiteurs, de leurs éventuels échanges murmurés…

 

Il semble clair que l’objet de cette œuvre est la relation spécifique, imaginée en partie, des chercheurs scientifiques et de l’objet de leur recherche, cette cellule à laquelle ils/elles consacrent souvent une vie entière.

 

Dear Cell de Regina Hübner nous entraine vers un domaine sensible, non pas celui du contexte particulier lié à la pandémie du Coronavirus, mais  celui du monde de la science  souvent méconnu ou fantasmé.

 

Il y a cette tension très particulière que l’on ressent (je parle ici par imagination) entre ces regards si immenses et l’objet magnifié de leur sollicitude que l’on peut comprendre aisément. Il y a aussi cette dimension affective insoupçonnée entre deux entités qui les voit liées pour toute une vie.

 

C’est une réussite admirable d’avoir pu convaincre tous les Protagonistes de Dear Cell de se livrer ainsi de manière très intime à un jeu — une fantaisie — auquel la plupart d’entre nous ne s’attend pas. Il faut lire chaque échange entre chercheur et cellule, chacun d’eux rédigé par le chercheur lui-même, pour découvrir un monde très éloigné ce lui que l’on imagine, un monde dont la dimension basiquement humaine, sensible, touche le témoin que nous sommes.

 

Comme toujours, chacun interprètera, selon sa sensibilité, son expérience, son humeur, impacté certainement par un contexte particulier. Pour ma part, je pense à la Kinoks-Révolution de Dziga Vertov, son œil-caméra qui (re) construit le monde, le découvre aux yeux de ses contemporains comme ces chercheurs nous éclairent sur leurs mondes insoupçonnés et aussi et surtout dans l’orchestration des images agencées dans leur espace de monstration par l’artiste.

 

On ne peut oublier que l’on pénètre dans une ancien lieu de culte, et cet élément influence à la fois l’écriture de l’artiste, — « l’ambiantation », la disposition des éléments dans l’espace, une forme —, et la lecture du visiteur. L’imaginaire de l’un et de l’autre reconstruit un parcours inconscient et culturel. Après les premiers écrits, on est aspiré dans un espace dominé par un regard tout-puissant, trois yeux ! Passé l’éblouissement, la sidération, on va « relire » tous les éléments et surtout les relier pour enfin saisir ce qu’est cette œuvre, un autel dédié à une quête souvent méconnue, et son sens, la révélation d’un monde invisible et des enjeux qui l’animent. A l’image de tous les artistes qui l’ont précédée dans la recherche d’un langage visuel plus synthétique que linéaire, plus symbolique qu’explicite, Regina Hübner excelle à trouver la forme juste, celle qui induit plus qu’elle ne formule.

 

Avec Dear Cell Regina Hübner démontre aussi que la recherche scientifique n’oppose pas, tout comme la recherche artistique, la rigueur à l’imagination ou l’aléatoire. L’histoire l’a prouvé, Regina Hübner le « dit » avec poésie.

 

Gabriel Soucheyre, 27 décembre 2020.

 

 

Dear Cell, Regina Hübner 2020/2021

Dear Cell (letters)

Dear Cell (transcriptions)

Dear Cell (cells)

Dear Cell (eyes)

 



[1]    Philippe Pierre :  Directeur de Recherche, Directeur du CIML Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy ; Evelina Gatti : Directeur de Recherche, CIML Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy.

[2]Bourse de recherche en 2019 à l'IMéRA (Institut d'études avancées d'Aix-Marseille Université). Dear Cell fait partie du projet interdisciplinaire Perception de soi et du non-soi dans la vie, développé en 2019 à l'IMéRA de l'Université d'Aix-Marseille, en collaboration avec le Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy (CIML).

[3]   IMéRA : Institut d'Etudes Avancées d'Aix-Marseille UniversitéIMéRA : Institut d'Etudes Avancées d'Aix-Marseille Université

[4]      MANIFESTA 13 MARSEILLE The European nomadic Biennial / La Biennale Européenne de Création Contemporaine. 28.08 — 29.11.2020.